La France terre de peupliers génétiquement modifiés

first_imgLa France, terre de peupliers génétiquement modifiésC’est non loin d’Orléans qu’un champ entier a été investi voilà des années par la communauté scientifique pour y faire pousser des centaines de peupliers OGM. Des arbres de la discorde qui servent aujourd’hui pour la confection du papier, mais aussi peut-être un jour dans la production de biocarburants.Depuis 1995, des chercheurs de l’Institut national de recherche agronomique (INRA) s’intéressent de près à la production de peupliers OGM dont la production en grande quantité sert déjà pour la fabrication de pâte à papier. Aujourd’hui cet arbre à la croissance rapide qui se rencontre généralement aux abords des zones humides, intéresse aussi particulièrement les chercheurs en raison du fait que celui pourrait servir dans quelques années à la production de biocarburants…Un site de 1300 m2 consacré à la culture du peuplier génétiquement modifiéÀ lire aussiTempête : 300 000 hectares de forêts sinistrésDans la commune de Saint-Cyr-en-Val à proximité d’Orléans dans le Loiret, sur un site de recherches vaste de plus de 1300 m2, poussent ainsi au nez et à la barbe de certains agriculteurs près de 1 000 peupliers OGM. Des agriculteurs qui restent sceptiques, voire méfiants vis à vis de ces arbres génétiquement modifiés dont l’INRA vient pourtant de demander une nouvelle prolongation de cinq ans. Même si le risque direct est minime, les membres du Comité économique, éthique et social (CEES) ne voient pas d’un très bon œil le fait de procéder à un nouvel essai dont les objectifs, selon le Haut conseil des biotechnologies, restent toujours aussi nébuleux. Si d’aucun pourrait s’inquiéter de la présence de ces arbres génétiquement modifiés à proximité des cultures, selon les experts du comité scientifique de l’INRA, l’impact sur l’environnement de ces peupliers OGM, resterait toutefois “minime” en raison d’une taille régulière tous les trois ans sur des cultures de plants exclusivement femelles.Dix huit ans de recherches scientifiques peu concluantesAutre plainte adressée aux chercheurs scientifiques qui envisagent pourtant de continuer à faire pousser ces peupliers transgéniques sur le sol de Saint-Cyr-en-Val: le fait qu’en dix huit ans de travaux, les recherches de l’INRA n’ont fait l’objet que d’une quinzaine de publications scientifiques et n’ont jamais abouti à aucune application industrielle. “Il s’agit de recherche publique, l’objectif principal est de faire avancer la connaissance scientifique. Nos chercheurs sont conditionnés à mettre en avant les applications commerciales lorsqu’ils présentent des projets, c’est ce qu’ils ont fait ici. Mais en réalité, ils font de la recherche fondamentale”, s’est pour sa part défendu Olivier Le Gall, directeur général délégué de l’INRA.Projet qui divise, la reconduction des recherches de l’INRA concernant la culture des peupliers génétiquement modifiés est actuellement soumise jusqu’au 27 mai prochain à l’étude par le Haut conseil des biotechnologies.Le 8 mai 2013 à 16:50 • Guichaoua Virginielast_img

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *